entretien-dembauche-feminin

L’égalité professionnelle entre hommes et femmes est instaurée par la loi du 13 juillet 1983 : un employeur ne peut mentionner le sexe ou la situation familiale du candidat dans une annonce. Il ne peut pas non plus invoquer ces raisons pour refuser d’embaucher ou de renouveler un contrat.
Dans la pratique, un entretien au féminin nécessite une véritable préparation pour affronter en toute sérénité les préjugés les plus tenaces, surtout dans certains secteurs. Bien sûr, si vous êtes arrivée à ce stade, c’est que votre candidature intéresse. Inutile donc de paniquer. Sachez faire la part entre les questions logiques et les demandes illégales : vous n’avez ni à promettre de porter la mini-jupe ni à rendre compte de vos projets de vie privée.

Comment gérer l’entretien ?

Faites un bilan. Bien se connaître permet de mieux affronter les questions du recruteur. Quand on est une femme, il est primordial de se préparer à faire face aux préjugés, surtout si vous briguez un poste traditionnellement conjugué au masculin. Trouvez des arguments pour contrer ceux concernant votre capacité physique évidemment inférieure à celle d’un homme, surtout dans des secteurs comme le BTP ou l’industrie. Pensez à proposer des solutions et à donner des exemples concrets d’expériences réussies.

Une fois sur place, montrez votre détermination. Vous voulez être convaincante, soyez convaincue. Premier atout : votre motivation. Le recruteur ne demande qu’à être rassuré. Si vous avez été convoquée, c’est que votre candidature l’a attiré. Découvrez ce qui a favorisé ce désir d’entretien et prouvez-lui que, non seulement il a fait le bon choix, mais qu’il correspond au vôtre.

Prouvez votre disponibilité

Face à certains recruteurs, vous allez affronter des préjugés. Et, dans tous les cas, devoir garantir votre disponibilité. Que vous aspiriez à avoir des enfants ou que vous en ayez déjà, vous devez rassurer votre interlocuteur sur la fiabilité de votre engagement ou lui démontrer que vos projets familiaux ne sont pas incompatibles avec votre projet professionnel.

Prouvez-lui que vous êtes organisée sur les deux plans et que votre vie privée ne portera pas préjudice à votre travail. En revanche, ne vous engagez pas sur certains points que vous ne sauriez tenir plus tard, notamment sur votre mobilité.