L’open innovation s’est imposée comme une nécessité pour bien des entreprises. Cette innovation ouverte fait appel aux forces vives externes dans le but de dénicher des idées fraîches sur les produits, les services, les process…. Comment faire de l’open innovation pour faire décoller son entreprise ? Voici 3 leviers performants.

Des partenariats avec des startups

Agiles, innovantes et souples par nature, les startups sont des partenaires de choix en open innovation. Ces jeunes pousses à taille humaine ont l’innovation dans la peau, baignent dans la culture de la disruption, la nouveauté fait partie intégrante de leur ADN. Conclure des partenariats avec ces structures orientées nouvelles technologies, digital, numérique ou encore techniques novatrices est une solution incontournable. La firme US PepsiCo a ouvert une voie en ce sens en initiant le projet PepsiCo10 sur une plateforme web dédiée : www.pepsico10.com. Le groupe a lancé un vaste appel à candidatures envers les entrepreneurs du digital. Véritable incubateur à idées, l’opération avait pour but de récolter des idées novatrices sur les services et produits de l’entreprise, sur sa face digitale. En échange, les 10 entreprises retenues bénéficiaient d’un contrat de partenariat avec le groupe.

En France, les incubateurs à startups essaiment dans le pays depuis peu. Si de grands groupes comme Engie, Orange, SCNF ou Free ont été les premiers à investir dans ces structures, les PME et ETI s’y mettent aussi. Station F de Xavier Niel, le dernier en date, réunit des startups de tous horizons dans le but de faire émerger de nouvelles idées. Mais d’autres incubateurs existent déjà tels que 50 Partners et EuraTechnologies à Lille. Grandes et moyennes entreprises ont tout à gagner à se rapprocher de ce structures, à y investir des fonds pour in fine transformer une idée en chiffre d’affaires.

La co-innovation avec clients, fournisseurs et partenaires… et étudiants

Il n’y a souvent pas besoin d’aller chercher très loin de bonnes idées. C’est le principe de la co-innovation ou crowdsourcing avec ses clients, fournisseurs et partenaires. L’un des exemples les plus significatifs a été le programme créé par Procter&Gamble : « connect and develop ». Produits, technologie, services, ecommerce, supply chain… de nombreuses facettes de l’activité du groupe sont soumises aux idées des clients, partenaires et fournisseurs. Tous ces acteurs sont incités à laisser leur avis, leurs bons ou mauvais retours d’expérience, à suggérer des axes d’amélioration sur les produits, la qualité, les process, les services.

Mais les étudiants d’écoles d’ingénieurs ou de formation en communication sont également impliqués en open innovation. Des concours sont fréquemment lancés par des entreprises qui cherchent à mettre au point de nouvelles techniques ou encore à créer des campagnes de lancement de produit innovante, disruptive. Engie a ainsi récemment créé un hackaton auprès des ingénieurs en herbe. Le but : un concours conçu pour trouver de nouvelles applications aux drones civils notamment sur l’efficacité énergétique des bâtiments.

Dans un autre style, Microsoft a développé une opération similaire, Studyka, dans l’objectif de concevoir une campagne innovante de lancement de produit. Des étudiants d’écoles de communication ont planché sur le sujet pour remporter le concours. A la clé pour Microsoft des idées fraîches et pour les étudiants un contrat.

Intégrer des clusters et pôles de compétitivité

Les clusters de recherche et pôles de compétitivité rassemblent en un même lieu des entreprises de petite, moyenne et grande taille avec des labos de recherche et autres cellules de R&D d’un même secteur. En Allemagne, Solar Valley a permis d’impulser une forte dynamique sur le secteur de l’énergie photovoltaïque. En Grèce, Corralia est le nom du cluster spécialisé en nano-électronique qui fédère plus de 150 entreprises.

La France a même créé un portail web spécifique : www.competitivite.gouv.fr. Un annuaire de projets concernant tous les pans de l’économie y est disponible : assurance, énergie, agriculture, santé, chimie…Toute entreprise peut donc intégrer ces pôles, se rapprocher d’eux pour mettre en place une démarche efficace d’open innovation.

 

Partenariat avec des startups et financement d’incubateurs, crowdsourcing ou encore intégration de clusters et de pôles de compétitivité… l’open innovation se décline désormais sous différents aspects.